AUTHENTIC NIKE AIR 579921-887 MAX 180 EM 579921-887 AIR ec3b5d

Chronique
par Laurent Amourette | le 13 novembre 2018

Il y a quelque chose d’assez audacieux à programmer un récital tout Mozart. Certes, il ne s’agit pas de la même audace que celle de proposer des œuvres rares, sans garantie qu’elles suffisent à remplir une salle. Non, l’audace d’un récital Mozart est différente : c’est fouler des terrains déjà foulés mille fois, c’est oser s’exposer à de multiples comparaisons, c’est se confronter à des airs et à des rôles où les références de légende surabondent, sans le secours d’une construction scénique. Donc oui, il faut bien de l’audace pour programmer un récital entièrement dédié à Mozart.

Mais heureusement, l’affinité mozartienne de Stéphanie D’Oustrac ne date pas d’avant-hier. D’ailleurs, le programme de ce concert est fort intelligemment construit comme une sorte de condensé des rôles actuels et passés de la chanteuse : des rôles travestis en 1ère partie et des rôles féminins après l’entracte. À chaque partie la même trajectoire allant de personnages simples à des figures plus tourmentées. On s’étonnera seulement de l’absence de Dorabella dans cette galerie de portraits.

Reebok Club C 85 Mcc hommes Light Green Suede Trainers - 7 UK,

On oublie rapidement le Cherubino introductif (« Voi che sapete che cosa è amor ») mis à mal par des problèmes de justesse. Stéphanie d’Oustrac avait manifestement besoin d’un tour de chauffe avant d’aborder un Idamante bien plus convaincant (« Non ho colpa, e mi condanni »).

C’est avec Sesto (« Parto, ma tu ben mio ») que la magie commence véritablement à opérer. On se souvient du bouleversant Sesto qu’elle incarnait au Palais Garnier fin 2017. Retrouver en récital Ce qui fascine chez Stéphanie D’Oustrac, c’est l’intelligence remarquable de la musicienne. cette justesse d’incarnation relève du grand art. Car il faut bien parler d’art lorsqu’il s’agit de Stéphanie d’Oustrac. Ce qui fascine chez elle, c’est l’intelligence remarquable de la musicienne. La caractérisation des personnages naît d’une respiration signifiante, de la subtilité d’un phrasé, d’un ralenti sur un mot, d’une attention permanente au texte, du souci du détail musical… faisant ainsi oublier un timbre parfois un peu métallique, tel ou tel aigu trop tendu ou des graves parfois détimbrés.

La seconde partie du concert laisse place aux personnages féminins. Plus encore qu’avant l’entracte, Stéphanie D’Oustrac parvient à se fondre en un clin d’œil dans des affects extrêmement variés. Elle devient une Zerlina délicieusement mutine (« Batti, batti, o bel Masetto ») où la fausse ingénuité échappe à toute vulgarité, ainsi qu’une poignante Elvira où la vocalise se mue peu à peu en un long sanglot (« Mi tradì, quell’alma ingrata »). L’air de concert « Ch’io mi scordi di te » installe un magnifique dialogue entre la mezzo et le piano fluide et délicat de Pascal Jourdan.

hommes Lace Up Athletic Sneakers Mesh Sports Trainners Breathable Casual Chaussures XYW,

L’Orchestre de chambre de Paris, dirigé par Jonathan Cohen, a de nombreuses occasions de briller dans les grandes pages orchestrales qui ponctuent le concert. On note quelques acidités dans Le chef et l’orchestre parviennent à insuffler un vrai esprit de danse dans les extraits du ballet d’Idomeneo.les pupitres de cordes, et le finale de la 27e symphonie fait légèrement trébucher les musiciens, la faute à un tempo extrêmement vif qui bouscule les lignes et fait perdre la netteté des attaques. Mais le chef joue habilement sur les contrastes dynamiques. Il faut entendre la manière dont les crescendos, sur quelques mesures à peine, révèlent la cohérence et la cohésion des instrumentistes, comme si le gonflement sonore était l’œuvre d’un seul bras. De plus, le chef et l’orchestre parviennent à insuffler un vrai esprit de danse dans les extraits du ballet d’Idomeneo.

En rappel, « Non so più cosa son, cosa faccio », montre un Cherubino plein d’esprit qui boucle la boucle en faisant oublier l’accident du début du concert. Celui-ci se conclut alors sur un « Abendempfindung an Laura » mélancolique et joliment dépouillé.

Genuine Adidas EQT Support 93/17 noir & blanc BY9509 - UK,
AUTHENTIC NIKE AIR 579921-887 MAX 180 EM 579921-887 AIR ec3b5dAUTHENTIC NIKE AIR 579921-887 MAX 180 EM 579921-887 AIR ec3b5dAUTHENTIC NIKE AIR 579921-887 MAX 180 EM 579921-887 AIR ec3b5dAUTHENTIC NIKE AIR 579921-887 MAX 180 EM 579921-887 AIR ec3b5d

AUTHENTIC NIKE AIR 579921-887 MAX 180 EM 579921-887 AIR ec3b5d

Idomeneo, re di Creta K366. Musique de ballet (extraits)
Le Nozze di Figaro K492. « Voi che sapete che cosa è amor »
Vintage 90’s Reebok Hexalite THE PUMP Basketball Sneakers Chaussures (8.5) EU 41,
Idomeneo, re di Creta K366. « Non ho colpa, e mi condanni »
La Clemenza di Tito K621. « Parto, ma tu ben mio »
Symphonie n° 27 en sol majeur K199
Thamos König in Ägypten K345. Interludes
Don Giovanni, ossia Il Dissoluto punito K527. « Batti, batti, o bel Masetto »
X Adidas EQT Support ADV - Crystal blanc / Collegiate Navy / Scarlet,
Don Giovanni, ossia Il Dissoluto punito K527. « Mi tradì, quell’alma ingrata »
« Ch’io mi scordi di te … Non temer amato bene » K505
Le Nozze di Figaro K492. « Non so più cosa son, cosa faccio »
Abendempfindung an Laura K523
Stéphanie D’Oustrac
DC Chaussures PURE HIGH TOP WC BURGUNDY TRAINERS (SPARTAN HIGH),
Orchestre de Chambre de Paris
Direction : Jonathan Cohen
Piano : Pascal Jourdan
AUTHENTIC NIKE AIR MAX 180 EM 579921-887
État :
Neuf avec emballage : Objet neuf, jamais porté, vendu dans l'emballage d'origine (comme la boîte ou la pochette ... En savoir plussur l'état
Style: Athletic Sneakers
Brand: NIKE
A propos de l'auteur
Nike Zoom Kobe Icône Jcrd hommes Salut Baskets 819858 700 Baskets,
NIKE AIR HUARACHE RUN SZ 8.5 COBBLESTONE OFF blanc TAN KHAKI BEIGE 318429 040,
Nike Zoom Winflo 4 Pure Platinum/ noir -Royal Sportstyle Running Chaussures 898466-010,
PUMA BLAZE CAGE HAN KJØBENHAVN - CAMEO BROWN 36447202,
home